260 fans | Vote

Interview

« Je suis toujours attaché à mon enfance »

Par John Plissken

 

Encore en période de promotion pour la sortie en DVD de son superbe one man show musical Que ma joie demeure, Alexandre Astier a aimablement accepté de répondre à nos questions pour faire le point sur ses différents chantiers. Si l’entretien a davantage porté sur Que ma joie demeure, notre roi des geeks de France a bien voulu s’exprimer aussi sur l’échec en salles de son premier long métrage comme réalisateur David et Mme Hansen, sur l’avenir de Kaamelottet enfin sur ses vues plus qu’intéressées sur le web. Enjoy !

 

Pourquoi Bach était-il ton idole au juste ?

Alexandre Astier : Il m’a bouleversé très petit. Dés l’âge de six ou sept ans, j’ai écouté le Concerto pour deux violons en ré mineur sur la platine à microsillon de ma mère et ça m’a littéralement fasciné, je trouvais ça simplement beau. A bientôt 40 ans, la musique de Bach me fascine toujours autant et ça ne m’a jamais passé. Comme les physiciens avec Einstein, ils ont beau l’avoir étudié dans tous les sens, lui et son héritage, ils se demandent toujours d’où vient ce gars.

 

Mais pourquoi avoir décidé de faire un spectacle sur lui, l’homme te fascinait autant que la musique ?

Ça faisait bien dix ans que je voulais faire quelque chose sur lui, à cause de cette fascination dont je te parle liée à sa musique. Mais je ne savais quasiment rien de l’homme avant de faire mes recherches pour la pièce. En creusant, ce que j’ai appris sur lui m’a rassuré et définitivement convaincu de me lancer : il a fait un peu de prison, il était en bisbille systématique avec sa hiérarchie, il ne supportait pas la médiocrité… et il était vraiment atteint par la perte de ses enfants. Ca peut paraître la moindre des choses à notre époque, mais à celle de Bach, la mort des nouveau-nés était un phénomène courant. Sauf que lui était vraiment touché par ça, sa femme a même écrit qu’il en nourrissait une vraie tristesse latente.

 

Cette envie de « faire quelque chose » sur Bach a rencontré l’envie aussi de remonter sur scène, donc.

Oui, après Kaamelott et le film, j’avais besoin de ça. Je savais que je ne remonterais sans doute plus sur scène avant un moment et il fallait que j’y retourne. J’étais un peu influencé par Rollin – il n’est jamais bien loin, lui – et j’avais en tête une sorte de master class pour exploiter le thème de la transmission. Et puis je voulais aussi faire de la musique sur scène. D’ailleurs je pense qu’après Que ma joie demeure, je referai un jour un spectacle musical. Le destin de Bach a sûrement parlé aussi à certains vieux fantômes qui me hantent, comme la filiation et la mort des enfants. En étudiant le bonhomme, j’ai eu suffisamment de quoi faire ma soupe.

 

Pourquoi cette hantise particulière de la mort de tes enfants ?

Ben ça j’en sais rien ! J’ai quatre enfants et je n’angoisse pas à l’idée qu’ils disparaissent, mais le fait d’écrire souvent autour de cette thématique m’aide peut-être à calmer cette angoisse justement. Il est question d’un enfant mort dans David et Mme Hansen. Kaamelott se termine sur un mec à la recherche de sa descendance et qui ne la trouve pas, ce qui le ronge jusqu’à sa tentative de suicide. Le thème est central dans Que ma joie demeure et il était aussi présent en filigrane dans des pièces que j’ai écrites avant Kaamelott. Mais j’ai quand même le sentiment que David et Mme Hansen et Que ma joie demeure ont bouclé cette affaire… Je ne sais pas pourquoi je trimballe ça, mais je le trimballe.

 

Un événement particulier dans la famille peut-être ?

Pas du tout ! Peut-être plutôt un rapport avec ma propre enfance, à laquelle je suis extrêmement attaché. J’essaie de m’en souvenir tous les jours pour travailler, ça m’habite tout le temps. D’ailleurs avant de t’appeler j’ai terminé un Lego, je suis fou de Lego. L’enfance est pour moi le souvenir d’une création débridée, pure. Chez moi, je composais, je jouais aux lego et aux petites voitures avec la même logique, je mettais tout au même niveau. Quand je joue un mec qui ne peut pas avoir d’enfant ou qui a peur de perdre ses enfants, je pense que je parle de la mienne, d’enfance. Je ne veux pas qu’elle meure et quand je regarde mes enfants aujourd’hui, je les vois en miroir de moi-même. C’est comme ça que j’essaie de les comprendre quand ils ne vont pas.

 

Dans Que ma joie demeure, tu incarnes Bach comme un torturé rongé de l’intérieur. Un peu comme Arthur de Kaamelott finalement. Tu t’es décrit toi-même comme quelqu’un qui est « plus noir que drôle ». C’est donc ça ta vraie nature ? J

Je me vois plus comme un monomaniaque comme Bach pouvait l’être. Mais s’il était encore vivant, il me dirait sûrement que j’ai écrit des conneries. Je lui ai clairement collé un cousinage, évidemment pas par rapport à son génie mais peut-être plus par rapport à une espèce de solitude… J’ai l’impression d’un mec qui vivait dans son monde, qui s’était fabriqué une bulle dans laquelle les autres ne rentraient pas forcément. Je travaille un peu comme ça aussi. Je développe mon petit monde, qui parfois rencontre le public, mais qui n’est pas forcément fait pour le public.

 

La preuve avec David et Mme Hansen, qui a fait moins de 100 000 entrées France… une déception pour toi j’imagine ?

Je ne sais pas bien quoi en penser… Ça m’a surtout vexé que Pathé ne décide de sortir le film que sur 100 copies. Ils n’ont pas aimé le film et ont préféré faire une sortie discrète. C’était très frustrant de lire sur Twitter des gens me dire : « J’irais bien voir ton film mais je ne me vois pas faire 200 km en voiture », tout en le comprenant très bien. Après, le film en lui-même, je l’assume à 100%, malgré ses défauts et quelques conneries de faites – on m’a un peu emmerdé sur l’écriture. Ceux qui s’attendaient à une comédie ont sûrement dû être déçus, c’est clair.

 

Est-ce que cet échec t’angoisse ? Est ce qu’il te questionne sur ta capacité à rencontrer le succès hors Kaamelott ?

Tout ce qui compte, c’est que je puisse raconter ce que j’ai à raconter au moment où je veux le faire. J’en aurai d’autres des expériences comme David et Mme Hansen… je ne veux pas être confiné à une seule couleur, je ne pourrais vivre comme ça. Si je n’avais pas écrit et réalisé David et Mme Hansen, je n’aurais pas pu écrire le film Kaamelott, que j’écris aujourd’hui avec plaisir. Je n’ai jamais contrecarré mon instinct, il est primordial que je m’écoute sinon je fais des conneries. J’aurais pu rester protégé derrière Kaamelott pour ne rien risquer. Ca aurait été illusoire, contre productif et je n’aurais pas fait mon métier. Mme Hansen est un échec industriel, oui, mais c’est quand même le film que je voulais faire et ça me tranquillise.

 

Parlons de Kaamelott : avant le film, tu repars donc sur l’écriture d’une saison 7 pour M6, intitulée Kaamelott Resistance ??

Peut-être… je ne sais pas si M6 va me l’acheter, hein, c’est en cours de négociation. Je voudrais qu’il y ait un 2×52’ ou un unitaire de 90’ et ensuite, le pitch offre effectivement un vrai terrain d’écriture pour un format quotidien. Arthur a fui à la fin de la saison 6, il n’est plus là et de son absence résulte une explosion totale de la fédération : tous les clans font des coups dans leur coin sans aucune cohésion – Perceval/Karadoc, Yvain/Gauvain, la compagnie du roi Loth, Lancelot, Léodagan….

 

N’est-ce pas M6 qui t’a demandé de leur fournir une nouvelle série Kaamelott en échange de leur soutien financier pour ta trilogie cinéma ?

(Il rit) pas du tout ! Ils sont très heureux avec leur format Scènes de ménage, qui fait bien mieux que ce que faisait Kaamelott à l’époque donc ils n’ont absolument pas besoin de moi. C’est vraiment moi qui suis venu à eux pour leur proposer Kaamelot Résistance.

 

Mais pourquoi dans ce cas décider de repasser par la case télé avant d’attaquer ta trilogie au cinéma ?

Tout simplement parce que j’ai réalisé sur le tard que toute une partie du premier acte du futur film était suffisamment riche pour donner lieu à une série. A la fin de saison 6, Arthur a laissé la Bretagne à l’abandon, on se demande ce qui va se passer et ça me faisait chier de devoir raconter tout ça en seulement 25 minutes de film alors que ça méritait un vrai développement, comme peut l’offrir une série télé. Et dans ce cadre là, ça ne me fait pas chier de réécrire du Kaamelott en télé.

 

Et une nouvelle saison de Kaamelott sans Arthur, c’est pas un peu risqué ?

Ha ben ça je m’en fous, puisque c’est l’histoire ! Arthur a fui à Rome et je raconte comment la Bretagne est restée sans lui. C’est le deal de base : le gars n’est plus là. Après, peut-être serai-je suffisamment magnanime avec le public, ça dépendra de comment je suis luné ! Mais ce qui est sûr, c’est que Kaamelott Resistance ne racontera pas le retour d’Arthur pour tout péter. Ca, ce sera l’histoire du premier film. Mais tu sais, si ça se trouve, M6 va me renvoyer ma proposition à la gueule !

 

L’existence du film n’est donc pas conditionnée à l’existence de la série ?

Non, le calendrier du film dépendra peut-être de celui de la série. Quoi qu’il arrive, dans l’idéal, j’aimerais commencer le tournage du premier film en 2014.

 

Y a-t-il récemment des séries qui t’ont tapé dans l’œil ?

Il faudrait que je voie Les revenants sur Canal+, il paraît que c’est très bien mais sinon ça m’est difficile de te répondre vu que je regarde de moins en moins de fictions et de plus en plus de documentaires… J’ai toujours un problème avec les dialogues, j’ai toujours l’impression qu’on fout des répliques à la con dans la bouche des comédiens et pas seulement dans les séries françaises. J’ai maté Camelot (la série de Starz – ndlr), je trouve ça insupportable. Dans les dialogues de ce truc, on nous donne du fait, rien que du fait. Même pendant qu’ils baisent les personnages parlent de leurs plans machiavéliques, c’est ridicule ! On a des personnages qui nous informent en permanence de ce qu’ils font ou vont faire, personne ne parle pour ne rien dire et ça n’est pas réaliste : ça n’existe pas les gens qui expliquent tout et font avancer le scénario à chaque réplique ! Ecoutez Audiard ou Tarantino, on peut enlever 70 % des dialogues et comprendre toujours l’histoire. Par le dialogue, un personnage dit qui il est, pas ce qu’il fait. Moi j’aime qu’on nourrisse un comédien avec ce dont il a besoin pour donner chair à son personnage.

 

A propos de comédiens, tu as rendu un hommage appuyé à Pierre Mondy au dernier Comic Con de Paris-Villepinte, tout en chargeant violemment TF1 pour l’avoir cantonné pendant 20 ans au rôle du juge Cordier…

Ouais ben j’ai peut-être été con de dire ça, parce qu’au moins TF1 ils l’ont fait tourner Mondy ! Finalement, c’est surtout ceux qui ne l’ont pas fait tourner qu’il faut vraiment montrer du doigt. Mais c’est vrai que Pierre s’est senti bien dans Kaamelott, on lui avait rendu ses vingt ans passés à s’emmerder dans Les Cordier. Et c’est pas normal qu’un mec comme ça se soit emmerdé pendant vingt ans à son âge. J’ai l’impression que les scénaristes n’aiment pas assez les acteurs, qu’ils écrivent plus en pensant à des personnages. Or, on n’écrit pas des docus, on écrit des fictions pour une race très particulière : un acteur. Prends Les Misérables et le rôle de Jean Valjean, joué successivement par Gabin, Ventura et Depardieu. Si tu ne bouges pas un mot du texte dans les trois cas, tu ne fais pas ton travail de scénariste ! Mon boulot c’est aussi de faire plaisir au mec qui va jouer le personnage. Et je suis en train de faire pareil sur Astérix : j’ai obtenu de M6 que la dernière étape de l’écriture, le dialogue, ne soit écrite que lorsqu’on saura définitivement qui joue qui.

 

Et qui fera la voix d’Astérix dans Le Domaine des Dieux d’ailleurs ?

Ha ben non je ne peux rien te dire, parce qu’en plus Uderzo n’a pas encore donné son accord. Je te dirais bien des trucs mais on est pas mal surveillé et je ne voudrais pas faire de connerie diplomatique. On part sur une sortie début 2015 et ce sera un film en 3D, dont je suis le scénariste et le co-réalisateur avec Louis Clichy. La partie technique de la réal’, c’est lui et moi je dirige les acteurs. C’est d’ailleurs pas toujours évident de bosser avec les ayants droits, qui ont forcément un avis sur ce que Goscinny aurait fait. Et ils n’ont pas forcément raison.

 

Tu as vu le Astérix et Obélix, au service de sa majesté, de Laurent Tirard ?

Non mais je vais devoir le voir parce qu’il paraît qu’il y a malheureusement des bricoles en commun dans nos deux histoires et du coup je vais devoir enlever des choses dans la nôtre.

 

L’intrigue du Domaine des dieux serat-elle mixée avec celle d’un autre album ? Non, j’ai bien insisté là-dessus, on reste sur un seul album, même si j’ai évidemment rajouté des petites choses. Ça nourrit largement un 80 minutes d’animation.

 

On t’a vu dans feue la web-émission le Golden Show cette année, ton frère Simon joue dans la saison 3 du Visiteur du Futur… Quel est ton regard sur le net en tant que labo creatif ? Vraie nouvelle opportunité pour la fiction ?

De ce que j’ai vu, je dirais que ce qui manque encore à ces fictions, c’est la précision, le fignolage. Je ne parle pas de François Descraques, qui est un cas à part mais des comme lui, y en a pas 50 000. Mais je pense que pour qu’Internet défonce tout le monde, il lui faudrait un peu plus de moyens tout simplement. Tant qu’ils auront cette couleur « vite fait bien fait », les créateurs du web seront cantonnés dans une certaine niche. Ce dont la webfiction a besoin, ce sont des chef opérateurs qui construisent poétiquement une lumière, des scénarios puissants, du temps… et en fait, faut un peu plus d’argent, quoi. Je réfléchis à la création d’une chaîne sur le web, je suis allé chez You tube, on a parlé, je me verrais bien investir là-dedans. Mais dans l’idée de faire justement autre chose que du « vite fait bien fait ».

 

Une dernière question de geek au vieux fan de Star Wars que tu es : qu’as tu pensé du rachat de Lucasfilm par Disney ? Catastrophé, emballé ou tu t’en fous ?

Ha non non, je ne m’en fous pas du tout, je suis loin d’avoir passé l’âge ! J’espère que chez Disney, ils sont conscients de ce qu’ils ont acheté. Soit ils commencent a faire des Happy Meals et des produits dérivés à tour de bras, soit ils décident de défoncer tout le monde avec la nouvelle trilogie et d’embaucher des artistes pour faire une œuvre d’art. S’ils se contentent de faire fructifier une licence, ils n’auront rien compris. Mais je veux y croire, ça sera peut-être super bien !

10/12/2012

 

> Article original

Ecrit par choup37 
Activité récente
Actualités
Animation Bienvenue à bord du Tardis: Perceval nominé

Animation Bienvenue à bord du Tardis: Perceval nominé
Une nouvelle manche a débuté dans l'animation Bienvenue à bord du Tardis, organisé par le quartier...

Anniversaire

Anniversaire
Aujourd'hui dimanche 24 octobre, nous fêtons l'anniversaire de Julien Dutel, qui avait joué le rôle...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Le dernier sondage vous demandait vos avis sur le film taaaaaaant attendu sorti en juillet: à 33%,...

Joelle Sevilla ouvre son propre théâtre

Joelle Sevilla ouvre son propre théâtre
En plus d'incarner Dame Séli dans Kaamelott, Joelle Sevilla possède son école de théâtre depuis plus...

Nouvelle audience

Nouvelle audience
Hé bien, la dernière audience aura eu du succès! Profitons de l'actualité et penchons-nous sur le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

choup37, Hier à 12:16

Plus que 7 votes pour valider la nouvelle bannière doctor who, venez nous aider à avoir le nouveau design pour le 31/10, arrivée de la s13

ShanInXYZ, Hier à 16:03

4ème manche du 1er tour dans les duels des aspirants compagnons de Doctor Who, venez soutenir vos personnages préférés

Luna25, Hier à 19:15

Changement de mois sur le quartier Legends of tomorrow : nouveaux duel, pdm et sondage n'hésitez pas à passer voir

diana62800, Hier à 19:34

le quartier Ce que j'aime chez toi à un tout nouveau design, venez dire ce que vous en pensez, merci d'avance

emeline53, Aujourd'hui à 12:13

Les votes sont serrés entre Charmed et Friends pour la finale de l'animation sur The Fosters ! Venez voter pour votre fratrie préférée !

Viens chatter !