VOTE | 242 fans

#313 : La Poétique, 2ème partie.

Diffusion : 2006 - M6

Scénario / Réalisation : Alexandre Astier

 

Arthur est en train de devenir chèvre car Perceval s'embrouille toujours avec son histoire. Le Roi tente une dernière fois de lui apprendre comment susciter l'intérêt de ses auditeurs, mais c'est loin d'être une partie de plaisir.

Popularité


5 - 2 votes

Plus de détails

La réunion de la Table Ronde se poursuit et le Père Blaise s’énerve. Il déplore l’inconstance de Perceval dans ses récits et qu’il devra jeter deux livres de papier à la poubelle. Perceval promet, il ne déviera pas de son récit : c’est bel et bien un vieux qui apparaît dans son histoire. Suite au commentaire dénigrant de Léodagan, Perceval demande s’ils veulent qu’il change sa version et ajoute qu'il s'en fout. Le Père Blaise jette sa plume, exaspéré.

 

            ***OUVERTURE***

 

Perceval mange avec le roi. Celui-ci tente de lui faire comprendre l’importance de ne pas exagérer dans ses comptes-rendus. Perceval se défend en disant que tout le monde invente, à l’exception de Lancelot. Arthur demande en quoi il peut être sûr que Lancelot n’invente pas et ils se penchent sur la question. Les histoires de Lancelot ont l’air vraies parce que le chevalier est sûr de lui et, Perceval ajoute, il n’y a pas de vieux dans ses récits. Arthur rétorque qu’il n’y a que Perceval qui fantasme sur les vieux. Le chevalier tente d’expliquer que les vieux c’est mystérieux mais Arthur n’est pas de cet avis. Les vieux dans les histoires de Perceval restent silencieux et Arthur pense qu’ils devraient à tout le moins lui donner un indice. Perceval est très impressionné par l’idée.

De retour à la Table Ronde, Perceval commence son récit. Il raconte comment, arrivé au bord d’un lac désert, tout d’un coup, un vieux a surgit. Léodagan et le Père Blaise protestent, ce dernier allant même jusqu’à mettre sa plume de côté. Mais Perceval ajoute que le vieiux lui a donné un indice, ce qui pique l’intérêt des autres chevaliers. Intérêt qui retombe lorsque questionné, Perceval gaffe et dévoile qu’en fait, il ne sait pas du tout ce qu’est un indice.

À la table royale, Arthur est découragé. Il tente d’expliquer à Perceval ce qu’est un indice, sans succès. Perceval demande à quoi ça ressemble, s’il y en a de plusieurs sortes. Arthur compare finalement le concept d’indice avec un panneau d’indication. Il ajoute que « indice » et « indication » ont la même racine. Perceval est complètement dérouté par l’idée. Il dit que le vieux ne peut pas lui donner un panneau puisque ça « ferais con ».

 

***GÉNÉRIQUE***

 

Arthur cède finalement à son agacement. Calmement, il démontre que toute histoire a un début, un milieu et une fin. Acte I : il invite Perceval à sa table, acte II : il lui explique mais le chevalier ne comprend pas, acte III : Perceval lui casse les couilles « modèle géant » et le roi lui exprime son agacement. Arthur met la tête de Perceval dans la compote et la relève doucement. Il lui demande s’il comprend le principe. Perceval répond que c’est d’Aristote.

Rédigé par Merlinelo pour Kaamelott Hypnoseries

3 cors

  1. INT. – TABLE RONDE, JOUR :

La réunion de la Table Ronde se poursuit. Le Père Blaise s’énerve.

Père Blaise : Ah non mais c’est pas vrai. Ça va pas recommencer ?!

Bohort : Ne vous énervez pas, Père Blaise !

Père Blaise : Que je m’énerve pas ?! Ah ben ça se voit que c’est pas vous qui allez encore éponger les conneries, hein. Parce que là, là c’est un vieux mais dans deux secondes ce sera une vieille ! Ou un cheval ou des siamois ! Et moi il faudra que je foute deux livres de papiers à la poubelle !

Perceval : Ah non mais c’est un vieux. Promis, je change rien.

Père Blaise : Vous racontez exactement ce qui s’est passé. Si c’est un vieux, c’est un vieux !

Léodagan : Même si c’est pas génial…

Perceval : Quoi, vous voulez que je change ? Je m’en fous, moi.

Le Père Blaise jette sa plume.

 

***OUVERTURE***

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, JOUR :

Le roi et Perceval sont à table. Une servante emmène un plat.

Arthur : Enfin, faites un effort quand même. Déjà que vous inventez tout, essayez au moins que ça se voit pas trop.

Perceval : Mais tout le monde invente ! À part Lancelot.

Arthur : Comment ça, à part Lancelot ? Qu’est-ce que vous en savez qu’il invente pas ?

Perceval : Ben, j’en sais rien mais… ça a l’air tellement vrai.

Arthur : Non mais c’est ça le truc. Ça a l’air vrai. Et pourquoi ça a l’air vrai ?

Perceval : Déjà, il hésite pas.

Arthur : Exactement. Il a l’air sûr de c’qui dit. Enfin, personne est jamais allé vérifier si c’était vrai ou pas vrai.

Perceval : Si ça se trouve, c’est des grosses conneries, alors.

Arthur : À mon avis non… mais peut-être qu’il en rajoute un peu pour que ça fasse plus chevaleresque.

Perceval : Et lui, comme par hasard, y’a jamais de vieux !

Arthur : Non mais, vous savez- attendez. Y’a que vous que ça fait fantasmer, les vieux.

Perceval : Quand même c’est classe, les vieux. Ils arrivent, c’est hyper mystérieux.

Arthur (sceptique: Les vieux c’est mystérieux ? Non mais vous vous foutez de moi ? Vous, à chaque fois que vous collez un vieux : il arrive, y dit rien.

Perceval : Ben justement : il dit rien, on sait pas c’qu'il pense. C’est mystérieux.

Arthur : Non, c’est naze. Parce que quitte à coller un vieux, débrouillez-vous pour qu’il vous donne au moins un indice sur quelque chose.

Perceval : Un indice ? WOUAH ! (Arthur est étonné) Ça c’est mortel comme idée !

Arthur : Ouais. C’est original, surtout.

Perceval hoche la tête, impressionné.

 

  1. INT. – TABLE RONDE, PLUS TARD :

Perceval fait son compte-rendu.

Perceval : J’arrive au bord du lac, personne, mais alors personne. C’était désert. Et j’ai pas besoin d’en dire plus ; « désert » ça suffit, tout le monde comprend. (Arthur grimace) Tout d’un coup y’a un vieux qui arrive…

Léodagan : Encore ? Non mais c’est une mode ?!

Père Blaise : Non mais moi ce coup-ci, je note rien. (Il pose sa plume) Si c’est pour devenir dingue...

Perceval : Ah non mais attendez ! C’est hyper mystérieux. Et pas parce qu’il dit rien. En fait il m’a donné un truc.

Calogrenant : Mais quoi, comme truc ?

Perceval : Un indice.

Gauvain (enthousiaste: Mon oncle, tout ceci est des plus palpitants !

Arthur : Attendez, attendez, laissez-le finir.

Bohort : Qu’est-ce que c’était, l’indice ?

Perceval : Comment « qu’est-ce que c’était » ?

Bohort : Vous avez pas parlé d’un indice ?

Perceval : Ah si, il m’a donné un indice, voilà, point. J’ai pas à faire la soirée là-dessus. C’est déjà assez mystérieux comme ça…

Léodagan : Mais un indice comment, bon dieu ? Mais soyez pas con !

Perceval est perdu.

Perceval : Bah euh… Il était plutôt de couleur, euh… rouge ? (Arthur ferme les yeux, affligé) Non, fraise ! Plutôt fraise. Assez rond, un peu en longueur. Assez classe, quoi, le bel indice. Mais je l’ai pas pris avec moi parce que j’avais plus de place dans mes bagages. Si je devais ramener tous les indices que me filent les vieux, je saurais plus où les foutre, les merdes… Sans déconner, c’est classe ou pas ?

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, JOUR :

Arthur est découragé.

Arthur : Un indice c’est un renseignement qui peut nous aider à résoudre quelque chose, bon.

Perceval : Mais ça ressemble à quoi ?

Arthur : Ça ressemble à rien (Il soupire). C’est une indication.

Perceval : Y’en as de plusieurs sortes ?

Arthur : Non… (Il se reprend en soupirant) Si. Si, en un sens, si, y’en as de plusieurs sorte. Mais je veut dire c’est pas palpable, vous comprenez ? C’est comme un mot, voilà. Un mot. On peut pas dire ça ressemble à quoi un mot : c’est un mot.

Perceval : Bah si. (Il remue un doigt) Ça ressemble à un truc avec des lettres.

Arthur s’énerve.

Arthur : Bon, un indice c’est une indication, voilà.

Perceval : C’est comme un panneau.

Arthur commence à se servir et met ce qui ressemble à du yaourt dans son assiette.

Arthur : C’est comme un… panneau. (Agréablement surpris) Oui ! Absolument, oui ! Oui, parce que vous voyez, un panneau (il prend une bouchée) ça vous donne une indication sur la route à suivre, pour aller quelque part.

Perceval : Une indication ou un indice ?

Arthur : Mais c’est pareil si vous réfléchissez bien, parce que c’est la même racine.

Perceval : Comment ? Y’a des racines ?! (Arthur se fige) Mais le vieux, y va pas me filer un panneau, ça va faire con. (Il hoche la tête) C’est pas évident, hein ?

 

***GÉNÉRIQUE***

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, PLUS TARD :

Arthur fait calmement un exposé et déplace des items sur la table.

Arthur : Arthur vous invite. C’est l’incident déclencheur. Acte deux, il vous explique mais vous ne comprenez rien. De plus, vous lui cassez les couilles, modèle géant, et il vous exprime son agacement. (Il baisse doucement la tête de Perceval dans le plat de yaourt) Pardon, baissez-là, baissez un peu. Allez-y. Bougez pas… Relevez doucement. (Le visage de Perceval est recouvert de la mixture) Bougez pas... Voilà. (Il utilise une cuillère pour dégager les yeux de Perceval) Est-ce que vous comprenez un p'tit peu le principe ou pas ?

NOIR

Perceval (off) : C’est Aristote, ça.

FIN

 

3 cors

  1. INT. – TABLE RONDE, JOUR :

La réunion de la Table Ronde se poursuit. Le Père Blaise s’énerve.

Père Blaise : Ah non mais c’est pas vrai. Ça va pas recommencer ?!

Bohort : Ne vous énervez pas, Père Blaise !

Père Blaise : Que je m’énerve pas ?! Ah ben ça se voit que c’est pas vous qui allez encore éponger les conneries, hein. Parce que là, là c’est un vieux mais dans deux secondes ce sera une vieille ! Ou un cheval ou des siamois ! Et moi il faudra que je foute deux livres de papiers à la poubelle !

Perceval : Ah non mais c’est un vieux. Promis, je change rien.

Père Blaise : Vous racontez exactement ce qui s’est passé. Si c’est un vieux, c’est un vieux !

Léodagan : Même si c’est pas génial…

Perceval : Quoi, vous voulez que je change ? Je m’en fous, moi.

Le Père Blaise jette sa plume.

 

***OUVERTURE***

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, JOUR :

Le roi et Perceval sont à table. Une servante emmène un plat.

Arthur : Enfin, faites un effort quand même. Déjà que vous inventez tout, essayez au moins que ça se voit pas trop.

Perceval : Mais tout le monde invente ! À part Lancelot.

Arthur : Comment ça, à part Lancelot ? Qu’est-ce que vous en savez qu’il invente pas ?

Perceval : Ben, j’en sais rien mais… ça a l’air tellement vrai.

Arthur : Non mais c’est ça le truc. Ça a l’air vrai. Et pourquoi ça a l’air vrai ?

Perceval : Déjà, il hésite pas.

Arthur : Exactement. Il a l’air sûr de c’qui dit. Enfin, personne est jamais allé vérifier si c’était vrai ou pas vrai.

Perceval : Si ça se trouve, c’est des grosses conneries, alors.

Arthur : À mon avis non… mais peut-être qu’il en rajoute un peu pour que ça fasse plus chevaleresque.

Perceval : Et lui, comme par hasard, y’a jamais de vieux !

Arthur : Non mais, vous savez- attendez. Y’a que vous que ça fait fantasmer, les vieux.

Perceval : Quand même c’est classe, les vieux. Ils arrivent, c’est hyper mystérieux.

Arthur (sceptique: Les vieux c’est mystérieux ? Non mais vous vous foutez de moi ? Vous, à chaque fois que vous collez un vieux : il arrive, y dit rien.

Perceval : Ben justement : il dit rien, on sait pas c’qu'il pense. C’est mystérieux.

Arthur : Non, c’est naze. Parce que quitte à coller un vieux, débrouillez-vous pour qu’il vous donne au moins un indice sur quelque chose.

Perceval : Un indice ? WOUAH ! (Arthur est étonné) Ça c’est mortel comme idée !

Arthur : Ouais. C’est original, surtout.

Perceval hoche la tête, impressionné.

 

  1. INT. – TABLE RONDE, PLUS TARD :

Perceval fait son compte-rendu.

Perceval : J’arrive au bord du lac, personne, mais alors personne. C’était désert. Et j’ai pas besoin d’en dire plus ; « désert » ça suffit, tout le monde comprend. (Arthur grimace) Tout d’un coup y’a un vieux qui arrive…

Léodagan : Encore ? Non mais c’est une mode ?!

Père Blaise : Non mais moi ce coup-ci, je note rien. (Il pose sa plume) Si c’est pour devenir dingue...

Perceval : Ah non mais attendez ! C’est hyper mystérieux. Et pas parce qu’il dit rien. En fait il m’a donné un truc.

Calogrenant : Mais quoi, comme truc ?

Perceval : Un indice.

Gauvain (enthousiaste: Mon oncle, tout ceci est des plus palpitants !

Arthur : Attendez, attendez, laissez-le finir.

Bohort : Qu’est-ce que c’était, l’indice ?

Perceval : Comment « qu’est-ce que c’était » ?

Bohort : Vous avez pas parlé d’un indice ?

Perceval : Ah si, il m’a donné un indice, voilà, point. J’ai pas à faire la soirée là-dessus. C’est déjà assez mystérieux comme ça…

Léodagan : Mais un indice comment, bon dieu ? Mais soyez pas con !

Perceval est perdu.

Perceval : Bah euh… Il était plutôt de couleur, euh… rouge ? (Arthur ferme les yeux, affligé) Non, fraise ! Plutôt fraise. Assez rond, un peu en longueur. Assez classe, quoi, le bel indice. Mais je l’ai pas pris avec moi parce que j’avais plus de place dans mes bagages. Si je devais ramener tous les indices que me filent les vieux, je saurais plus où les foutre, les merdes… Sans déconner, c’est classe ou pas ?

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, JOUR :

Arthur est découragé.

Arthur : Un indice c’est un renseignement qui peut nous aider à résoudre quelque chose, bon.

Perceval : Mais ça ressemble à quoi ?

Arthur : Ça ressemble à rien (Il soupire). C’est une indication.

Perceval : Y’en as de plusieurs sortes ?

Arthur : Non… (Il se reprend en soupirant) Si. Si, en un sens, si, y’en as de plusieurs sorte. Mais je veut dire c’est pas palpable, vous comprenez ? C’est comme un mot, voilà. Un mot. On peut pas dire ça ressemble à quoi un mot : c’est un mot.

Perceval : Bah si. (Il remue un doigt) Ça ressemble à un truc avec des lettres.

Arthur s’énerve.

Arthur : Bon, un indice c’est une indication, voilà.

Perceval : C’est comme un panneau.

Arthur commence à se servir et met ce qui ressemble à du yaourt dans son assiette.

Arthur : C’est comme un… panneau. (Agréablement surpris) Oui ! Absolument, oui ! Oui, parce que vous voyez, un panneau (il prend une bouchée) ça vous donne une indication sur la route à suivre, pour aller quelque part.

Perceval : Une indication ou un indice ?

Arthur : Mais c’est pareil si vous réfléchissez bien, parce que c’est la même racine.

Perceval : Comment ? Y’a des racines ?! (Arthur se fige) Mais le vieux, y va pas me filer un panneau, ça va faire con. (Il hoche la tête) C’est pas évident, hein ?

 

***GÉNÉRIQUE***

 

  1. INT. – SALLE À MANGER, PLUS TARD :

Arthur fait calmement un exposé et déplace des items sur la table.

Arthur : Arthur vous invite. C’est l’incident déclencheur. Acte deux, il vous explique mais vous ne comprenez rien. De plus, vous lui cassez les couilles, modèle géant, et il vous exprime son agacement. (Il baisse doucement la tête de Perceval dans le plat de yaourt) Pardon, baissez-là, baissez un peu. Allez-y. Bougez pas… Relevez doucement. (Le visage de Perceval est recouvert de la mixture) Bougez pas... Voilà. (Il utilise une cuillère pour dégager les yeux de Perceval) Est-ce que vous comprenez un p'tit peu le principe ou pas ?

NOIR

Perceval (off) : C’est Aristote, ça.

FIN

 

Kikavu ?

Au total, 56 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Ubik3 
20.02.2019 vers 14h

Maighread 
28.01.2019 vers 20h

Raven39 
11.11.2018 vers 10h

Aloha81 
29.07.2018 vers 15h

Annaelle19 
15.04.2018 vers 22h

ilusion 
29.10.2017 vers 18h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Alex Hugo - suite et fin de la saison 5

Alex Hugo - suite et fin de la saison 5
France 2 diffuse mercredi 11 septembre le troisième et dernier épisode de la saison 5, L'étrangère....

En Famille part en Bretagne!

En Famille part en Bretagne!
Mardi 10 septembre, M6 diffuse un prime time spécial de sa série En famille. La famille Kervelec...

Le grand bain débarque

Le grand bain débarque
Avec 9 nominations aux Césars 2019, la comédie Le grand bain débarque enfin sur le petit écran. Ce...

A la télé jeudi soir..

A la télé jeudi soir..
C Star diffuse jeudi 29 août Nos amis les flics, une comédie policière de 2003 avec en tête...

A la télé ce mercredi soir..

A la télé ce mercredi soir..
.. on retrouve Alex Hugo, la série policière de France 2 qui entame sa cinquième saison! Lionel...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

CastleBeck, Hier à 12:24

Nouvelle catégorie en vote pour les Awards Lethal Weapon.

CastleBeck, Hier à 12:25

Les Awards This Is Us se poursuivent également. Merci.

mnoandco, Hier à 13:28

Hello, Awards également sur le quartier Blacklist et qui concerne son spin-off Redemption

mnoandco, Hier à 13:28

Pour ceux qui l'ont vu, n'hésitez pas!

mnoandco, Hier à 13:28

Merci

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site