VOTE | 242 fans

#531 : Les Sentinelles

Bohort et son frère Lionel sont assignés à une tour pour y surveiller le passage avoisinant. Leurs ordres sont clairs : tirer sans sommation sur les gens qui marchent sur le sentier. De son côté, Arthur décide de partir à la recherche de sa descendance.

Popularité


5 - 1 vote

Plus de détails

Bohort et Lionel s’installent dans une tour de garde désaffectée. Bohort contemple la fenêtre, tandis que son frère observe l’endroit avec effroi.

Lionel: Oh mon dieu… J’ose à peine marcher sur ces planches de peur de passer au travers!

Bohort: Vous ne risquez rien. Posez vos affaires.

Lionel: Allons-nous réellement habiter ici?

Bohort: Nous sommes assignés à cette tour pour y tenir garnison.

Lionel: Il faudra donc y dormir?

Bohort: Évidemment! Arrêtez de claquer des dents et défaites votre bagage.

Lionel: Mais regardez cet endroit! C’est une ruine! Un coup de pied dans sa base, et, et l’édifice s’effondre.

Bohort: C’est ce que je vous ai répété durant tout le trajet! Cette tour est désaffectée depuis des années. (fixe son frère d’un air froid, celui-ci lui tourne le dos)

Lionel: Qu’est ce que nous allons faire dans une tour désaffectée? (se tourne vers son frère) C’est absurde.

Bohort (s’avance lentement vers son frère): Le seigneur Léodagan réhabilite tous les postes de surveillance désaffectés. Souvenez-vous de sa phrase. Je rendrai ses yeux à Kaamelott. (les yeux du chevalier son glacials)

Lionel: Je rendrai ses yeux à Kaamelott. Est ce que ça voulait dire que nous allions habiter dans un gourbi?

Bohort (articule): … Défaites votre bagage.

***

 

Lancelot marche à travers les sentiers, en direction de Kaamelott.

***

 

Lionel: Est ce qu’il va falloir réellement tirer sur des gens?

Bohort: Pourquoi?Vous avez un problème avec ça? (contemple la fenêtre)

Lionel (regarde ses mains): Un problème?Oui. Je suis parfaitement incapable de le faire.

Bohort: Quand vous voyez quelqu’un sur ce sentier, vous tirez sans sommation. C’est clair?

Lionel: C’est absurde! Si c’est un marchand?

Bohort: Les marchands n’empruntent pas ce sentier.

Lionel: … Un voyageur?

Bohort: Le seigneur Léodagan estime que ce sentier est la voie privilégiée des envahisseurs, on tire sans sommation!

Lionel (a peur): C’est insensé.

Bohort (se détourne de la fenêtre, puis se dirige vers son frère): Ce n’est pas à vous d’en juger! Et à la fin, croyez-vous que je vous ai fait venir à Kaamelott pour vous y voir vous conduire comme une femme?

Lionel: Si vous m’avez fait venir à Kaamelott pour assassiner le monde, vous vous êtes trompé de bonhomme. (furieux)

Bohort: C’est vous qui vous trompez de bonhomme. Je ne vous lâcherai pas. Toutes ces années d’oisiveté à Gaunes vous ont transformé en risible pantin bourgeois! (Tout en parlant, il fait des mimiques avec ses mains. Lionel le dévisage d’un air furieux.) C’est une chose que je vais éradiquer, que cela vous plaise ou non. (empoigne son frère et le projette vers la fenêtre, ce dernier est stupéfait) Prenez votre arc.

Lionel: Mon arc? Je ne sais pas m’en servir!

Bohort (ton dérouté): Quoi?Vous n’avez pas fait vos classes?

Lionel: Heu… Non! En effet. Je ne suis dit que, venir vous rejoindre ici serait probablement l’occasion pour vous de me les faire faire. (Bohort se décompose)

Bohort: Moi?!

Lionel: Bah… Vous avez toujours été le plus doué des deux pour la chose martiale. N’est ce pas ce que père nous disait toujours? (Tout en parlant, il s’approche de son frère, qu’il dévisage d’un air acéré. Bohort ose à peine le regarder dans les yeux, honteux.) 

***

 

Lancelot poursuit son chemin et se rapproche de la tour de garde.

***

 

Bohort surveille le sentier. Lionel est quant à lui en train d’éplucher une pomme avec un petit couteau.

Bohort: Mon dieu! Quelqu’un! (se réfugie dans le fond de la tour de garde)

Lionel: Mais, pourquoi vous cachez-vous?

Bohort: Il vient quelqu’un qui s’avance sur le sentier!

Lionel: Hé bien, ne devons-nous pas tirer?

Bohort: Tirer? Je, je suppose. Évaluons posément la situation.

Lionel: Mais qu’y a t-il à évaluer? Vous disiez que les ordres étaient clairs!

Bohort: Chuuuut! Arrêtez de parler, il va nous entendre!

Lionel: Si nous restons assis, nous risquons de le perdre de vue.

Bohort: Si nous le perdons de vue, nous ne pouvons plus lui tirer dessus, ça règlerait le problème!

Lionel: S’il s’agit d’un envahisseur et que nous le laissons passer, la chose ne pourrait-elle pas nous être reprochée?

Bohort: … Jetez un oeil!

Lionel: Où ça? (ne comprend pas)

Bohort: Mais en bas! Tâchez de voir s’il a progressé, discrètement.

Lionel: Et s’il a progressé, je tire!

Bohort: Mais on ne peut pas tirer sur les gens comme ça, ça n’a aucun sens!

Lionel: Alors qu’est ce que je fais?! (énervé)

Bohort: Je, je ne sais pas. (l’air désolé)

Lionel dévisage son frère en silence durant quelques secondes, l’air stupéfait. Tout en maugréant, il se relève, et observe les environs avec discrétion. Ses yeux se posent sur l’homme qui a tenté de le tuer. Il retombe sur le plancher, sonné.

Lionel: Mon dieu c’est lui!

Bohort: Lui, mais qui ça lui?

Lionel: Lancelot du Lac, notre forbans de cousin qui a manqué m’occire!

Bohort: Lancelot?!

Lionel: Je m’en vais lui rappeler ses menaces de tantôt! (s’empare de son arc et se place à la fenêtre pour viser sa cible)

Bohort: Enfin vous êtes fou! (se rapproche de son frère et tente de le stopper)

Lionel: J’exécute les ordres! Je tire sans sommation!

Bohort: Mais non! C’est notre cousin!

Lionel: Aaaaah! (pousse son frère, qui tombe au sol) Il est sur le sentier! (tire avec son arc) Oui! (Lancelot s’effondre dans l’herbe et se traîne sur le sol) Mécréaaaaaant! (Lionel jette son arc et Lancelot continue de se trainer sur le sol, cherchant refuge quelque part)

***

 

Chambre de l’ancien couple royal.

Guenièvre: Je peux vous demander une chose?

Arthur: Allez-y.

Guenièvre: C’est vrai que si vous aviez un fils avec une de vos maîtresses, il serait considéré comme un bâtard? 

Arthur: Oui.

Guenièvre: Mais c’est quoi au juste un bâtard?

Arthur: Bah du point de vue du trône, il serait pas légitime. Politiquement il serait pas considéré comme mon fils. 

Guenièvre: Et donc, il pourrait pas vous remplacer comme roi?

Arthur: Ah bah non, certainement pas non.

Guenièvre: Mais, mais vous, vous êtes pas un, bâtard?

Arthur: Heu, si.

Guenièvre: Vous êtes fils de roi mais, illégitime. 

Arthur: Ouais, mais j’ai retiré l’épée moi. Retirer l’épée, ça veut dire que c’est les dieux qui vous choisissent, heu y a pas d’histoire de bâtard ou quoi que ce soit, je suis roi, tout le monde la boucle.

Guenièvre: Et si vous aviez un fils caché qui retire l’épée? Maintenant qu’elle est replantée.

Arthur: Ouais. Non mais le truc, c’est que, je crois pas que j’ai un fils caché… A priori…

Guenièvre: Avec toutes les maîtresses que vous avez eu? Vous trouvez pas ça bizarre?

Arthur: Qu’est ce que vous voulez que je vous dise moi? Le principe du fils caché c’est qu’il est caché déjà. Donc bah, j’en sais rien.

Guenièvre: Et ça vous intrigue pas?

Arthur: … Si. (ils se dévisagent, Guenièvre hoche la tête et contemple un point devant elle)

***

 

Chambre des régents.

Léodagan: Paf! Premier jour, première avoine! Je colle deux types dans une tour, et hop, ils me dégringolent un gars à coup de fesses dans la tronche! C’est pas de l’efficacité ça?

Séli: Qu’est ce qu’il avait fait votre gars?

Léodagan: Bah est ce que je sais moi?Il marchait là, sur le sentier.

Séli: Il marchait sur le sentier?

Léodagan: Non mais qu’est ce que vous croyez?C’est fini maintenant de marcher où on veut là, au hasard. Si on marche quelque part c’est parce que c’est moi qui l’ai demandé! Autrement, tac! Une fesse dans l’oignon.

Nessa entre dans la chambre des régents.

Séli: Ah bah quand même! C’est pas dommage!

Nessa: De quoi?

Léodagan: Mais de quoi? Mais c’est trop long! On a demandé deux tisanes, on aimerait bien les boire avant qu’il fasse jour!

Séli: Vous allez me faire le plaisir de vous secouer les miches, je vous préviens!

Nessa: Ah c’est marrant, ceux qu’étaient là avant vous ils disaient ça aussi au début.

Léodagan: Et alors?

Nessa: Bah après, quand ils ont senti que ça donnerait rien, ils ont arrêté. (pose les tisanes sur la table de nuit de Séli)

Léodagan: Je crois que vous avez pas bien compris sur qui vous êtes tombé.

Nessa: Ah, non, je crois que c’est monsieur qu’a pas bien compris sur qui il est tombé. (Elle rit et sort. Séli est outrée et tape dans ses mains. Elle fixe son mari qui arbore une mine désabusée. Il hausse les épaules et accompagne son geste d’une mimique du visage.)

***

 

Chambre de l'ancien couple royal.

Arthur: C’est possible, c’est possible, que j’ai une fille. Je crois.

Guenièvre: Ah bon. Avec qui?

Arthur: Avec une paysanne.

Guenièvre: Et avec qui d’autre ce serait possible?

Arthur: Mais, en fait un peu avec toutes. Bon celles qu’habitaient là je les aurais vues enceintes, quand même.

Guenièvre: Et, il faudrait forcément que ce soit un fils?

Arthur: Pour le trône, lui. 

Guenièvre: Et à part pour le trône? (timidement)

Arthur: Pour moi, vous voulez dire? (se redresse dans son lit, silencieux, quelques secondes passent) C’est ça qu’il faut que je fasse. Faut que je parte.

Guenièvre: Où ça?

Arthur: Partout. Faut que je trouve mes enfants. Ya plus que ça qui m’intéresse. Demain à l’aube, je fous le camp.

***

 

Chambre des régents.

Séli: Bon, vous l’éteignez votre bougie ou quoi?

Léodagan: Hé oh, ça va oui?

Séli: Je me lève aux aurores pour aller secouer les miches des servantes alors éteignez-moi ça.

Léodagan: Mais pourquoi faire les servantes, on a pas d’invités.

Séli: Et votre jurisconsulte à la noix?

Léodagan: C’est pas un invité lui, on le paie.

Séli: Et alors?! Parce qu’on le paie, faut pas qu’il bouffe?

Léodagan: De toute façon, les lois sont fixées, maintenant.

Séli: De quoi?!

Léodagan: Les lois sont fixées, je suis roi, merci bien, au suivant. Heu, le jurisconsulte, heu… (il soupire)

Séli: Et alors, qu’est ce qu’il fait encore là?!

Léodagan: Mais j’en sais rien moi.

Séli: Mais vous en savez rien et vous continuez de le casquer!

Léodagan: Mais si il est là c’est qu’il doit encore avoir deux trois papelards à gribouiller non?!

Séli: Oui! Ou pas! Il a peut-être trouvé le filon pour se faire couler des bains et bouffer à l’oeil!

Léodagan: Oh mais vous voyez le mal partout… (lève les yeux au ciel)

Séli: C’est ça oui. Bon bah je vous laisse à votre sérénité, et moi je m’en vais dire à ce monsieur qu’il peut foutre le camp chez lui parce qu’on en a marre de son pif! (elle quitte la chambre, son mari la dévisaged'un air agacé)

***

 

Séli fait intrusion dans la chambre du Jurisconsulte, en compagnie de deux gardes armés de marteaux.

Jurisconsulte: Non mais dites donc vous pourriez frapper!

Séli: Vous aimez quand ça frappe? Ca tombe bien.

Jurisconsulte: C’est, c’est qui ceux là?

Séli: Des gardes! Je les ai emmenés avec moi pour m’aider à faire vos bagages et vous balancer par la fenêtre!

Jurisconsulte: C’est, c’est les gardes ça?

Séli: Oui. Oui non mais si, ils étaient pas de garde, ils ont pas eu le temps de s’habiller, mais enfin, vous inquiétez pas, ils ont encore assez de tonus pour vous filer des tartes!

Jurisconsulte: Et qu’est ce qui me vaut l’honneur?Vous vous êtes dit ce matin, j’ai, j’ai rien à faire, on va foutre un type dehors?

Séli: Non mais faites pas le mariole. Vous avez cinq secondes pour m’expliquer ce que vous faites encore là!

Jurisconsulte: Bah, vous m’avez engagé…

Séli: Mais je vous ai engagé pour une tâche qu’est terminée depuis plusieurs jours!

Jurisconsulte: Mais qu’est ce que vous en savez, vous êtes juriste?

Séli: Qu’est ce qui vous reste encore? Pas de bobard, parce que ça va saigner!

Jurisconsulte: Je peaufine ma loi hein, j’envisage toutes les solutions hein. Si, si on devait nommer un nouveau régent, par exemple, et que la reine meurt!

Séli: Mais pourquoi voulez-vous que la reine meurt, elle fout rien de la journée!

Jurisconsulte: Non, c’est une hypothèse! Bah personne ne pourrait nommer un nouveau régent. (rit)

Séli: Et alors?

Jurisconsulte: Et bah alors j’en sais rien! Et alors je ne sais pas, je cherche toutes les solutions! Il me semblerait d’ailleurs judicieux de nommer un premier ministre, par exemple.

Séli: On a un premier ministre, il s’appelle Lancelot du Lac. Vous voulez qu’on le rappelle? Ca sera chouette!

Jurisconsulte: Lancelot, premier ministre? (Séli hoche la tête) Ah c’est intéressant ça. Je, je vous signale que c’est, c’est précisé nul part, ça! Du coup, vous, vous voulez rester merdiques jusqu’au bout ou, ou alors on rédige un petit quelque chose pour expliquer qu’il ne l’est plus?

Séli: Et vous pensez que ça va vous prendre encore combien de millions d’années pour balayer tous les cas de figure?

Jurisconsulte: Laissez-moi finir mon travail!

Séli: Alors finissez-le vite parce que vous me tapez sur les nerfs. Alors accélérez le mouvement ou vous allez avoir affaire à moi! (Elle quitte la chambre du juriste, qui est ulcéré. Les gardes referment la porte derrière eux.) 

***

 

Arthur sort de sa chambre, ensommeillé, et tombe sur sa femme en tenue de voyage.

Arthur: Qu’est ce que vous foutez?

Guenièvre: Je pars avec vous!

Arthur: De quoi?

Guenièvre: Oui! J’ai, j’ai préparé mon petit baluchon! Alors j’ai pris une gourde, des tartines, des fruits.

Arthur: Attendez, attendez, attendez heu, qu’est ce que c’est que ce cirque?

Guenièvre: Vous n’imaginez pas tous les services que je peux rendre en voyage, parce que du temps où je… (un ange passe) Enfin du temps où, où j’étais avec Lancelot dans la forêt, j’ai appris à faire du feu, piéger les oiseaux… Enfin ça j’aime, j’aime pas beaucoup parce que c’est les oiseaux mais bon. Heu, pécher, fabriquer un abri pour la nuit, heu… (Arthur est exaspéré)

Arthur: Non mais heu vous allez pas partir avec moi?

Guenièvre: Mais si!

Arthur: Mais pourquoi faire?

Guenièvre: Vous allez tenter de savoir si vous avez des enfants cachés, ça m’intéresse! Et puis, heu, ça me concerne quelque part heu… (Arthur fait la moue)

Arthur: Non. Ca vous concerne pas tant que ça, non.

Guenièvre: Bah, un peu quand même, heu, si j’avais été fichue de vous les faire, vous seriez pas obligé d’aller les chercher ailleurs… (son mari est géné) 

Arthur: Non, mais…

La porte de la chambre du régent s’ouvre.

Léodagan: Dites, vous savez qu’à solliciter trop souvent la patience des gens, on finit par agacer. (tient dans ses mains son oreiller)

Arthur (dévisage sa femme d’un air ahuri): Bah quoi, on gueule pas!

Léodagan: Non, non, non moi non plus je gueule pas, personne gueule pour le moment. Seulement, à discutailler à voix haute devant ma piaule, la piaule, du roi, je vous rappelle (Arthur est blasé), alors que le jour est pas levé, ça va finir par gueuler. Hein, ça heu, faut vous y attendre quoi. (sourire hypocrite)

Arthur: Ecoutez, foutez-nous la paix! Voilà.

Léodagan: Pourquoi elle est déguisée en marchand de chevaux celle-là?

Guenièvre: Mais, c’est ma tenue de marche!

Léodagan: Ah parce qu’il faut une tenue maintenant pour marcher dans le couloir?

Guenièvre (regarde son mari): Mais non. C’est, c’est pour marcher dehors.

Arthur: Dites donc, sire, vous êtes sûr que vous avez pas sommeil?

Léodagan: D’accord… Faites attention. Hein. Parce que si je picole ce sera pas jojo. Bon voilà, voilà, c’est pas… (rentre dans sa chambre, Guenièvre regarde son mari et lève les yeux au ciel)

Arthur: Allez, enlevez-moi ça et allez vous recoucher.

Guenièvre: Ah non! Cette fois-ci je vous écouterai pas! Vous aurez beau taper du pied ça changera rien je pars avec vous! Que ça vous plaise ou non! (Arthur est surpris) Il est hors de question que je reste ici avec mon père et ma mère sur le trône! (mouvement de tête en direction de la chambre de ses parents, chuchote)

Arthur (semble débattre intérieurement avant de lâcher prise): Bon d’accord.

Guenièvre: Ah bon?

Arthur (plisse les yeux): Quoi ah bon?

Guenièvre: Non, je, je croyais que vous rediriez non.

Arthur: Vous avez dit que ça changerait rien!

Guenièvre: Bah heu, si vous vous étiez bien mis en rogne, je sais pas si…

Arthur (écarquille les yeux): Ah bon?!

Guenièvre: Ah non non mais maintenant que vous avez dit oui, c’est trop tard! Bon allez on y va heu… (Arthur lève les yeux au ciel, soupire, et la dévisage d’un air impénétrable)

***

 

Le couple marche dans la forêt. Arthur est devant, sa femme se tient un peu en arrière et peine à suivre son rythme. Elle ramasse des fleurs. Il se retourne pour la dévisager.

Arthur: Ouais d’accord ok. Donc en fait voilà, vous pouvez vous grouiller ou pas?

Guenièvre: Ah mais vous n’allez pas commencer… (s’énerve)

Arthur: C’est vous qui allez pas commencer. Vous imaginez pas que vous allez lambiner comme ça tout le trajet si?

Guenièvre: Je ne lambine pas je marche à mon rythme!

Arthur: Ah oui c’est ça. C’est ça c’est une erreur, il faut marcher au mien. (se désigne)

Guenièvre: Oh mais oui on vous connaît hein! Vite vite vite, toujours vite… Si c’est pour être essoufflé dans une demi-heure je ne vois pas l'intérêt!

Arthur: Si vous vous essouflez en une demi-heure c’était franchement pas la peine de venir.

Guenièvre: Et si j’ai envie de regarder un peu le paysage, je peux oui? (court, lève les bras vers le ciel)

Arthur: Parce que vous croyez que si vous marchez plus vite vous aurez pas le temps de le voir?

Guenièvre: Oh mais allez-y partez devant si vous êtes si pressé…

Arthur (stoppe sa marche): Vous voulez dire que, je peux partir devant? (pointe la forêt devant lui)

Guenièvre: Ah non non attendez-moi j’ai un petit peu peur. 

Arthur: Ah oui c’est ça. Hé oui c’est… (sec) Dépêchez-vous. (repart)

Guenièvre: Mais bon pas trop vite quand même oh… (court après Arthur) 

Rédigé par Ellielove pour Kaamelott Hypnoweb

Kikavu ?

Au total, 52 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

poupette67 
18.10.2019 vers 19h

Maighread 
28.01.2019 vers 20h

naadd 
06.01.2019 vers 11h

Raven39 
11.11.2018 vers 10h

Aloha81 
29.07.2018 vers 15h

Annaelle19 
15.04.2018 vers 22h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier Anne with an E est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier | Rendez visite à Anne !

Activité récente
Actualités
Soirée Payet!

Soirée Payet!
Canal+ organise le mardi 13 novembre une soirée spécial Manu Payet: elle commence à 21h avec la...

Audrey Fleurot sur W9

Audrey Fleurot sur W9
W9 diffuse le lundi 14 octobre Les reines du ring, comédie de 2013 mettant en scène Audrey Fleurot...

Alex Hugo - suite et fin de la saison 5

Alex Hugo - suite et fin de la saison 5
France 2 diffuse mercredi 11 septembre le troisième et dernier épisode de la saison 5, L'étrangère....

En Famille part en Bretagne!

En Famille part en Bretagne!
Mardi 10 septembre, M6 diffuse un prime time spécial de sa série En famille. La famille Kervelec...

Le grand bain débarque

Le grand bain débarque
Avec 9 nominations aux Césars 2019, la comédie Le grand bain débarque enfin sur le petit écran. Ce...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Halloween ! D'après vous, quelle serait votre pire soirée cauchemar Halloween?

Afficher plus d'informations

Total : 19 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

ophjus, Hier à 14:24

Les forums et sondages des quartiers Reign et The Bold Type vous attendent

ptitebones, Hier à 14:44

Hello, dernier jour pour élire la meilleure relation, pour les Manifest Awards !

Locksley, Hier à 19:26

Fin du suspense : on sait (enfin !) quand arrivera la partie 4 de La Casa de Papel. Rdv sur le quartier... Bonne soirée !

Xanaphia, Hier à 19:38

Venez découvrir la bande annonce du film Black Widow sur le quartier Marvel

cinto, Hier à 19:49

N'hésitez plus à passer: nouveaux calendriers, sondages et pdm chez The Tudors et Ma sorcière Bien Aimée....Venez, votez et merci...

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site